MENU

LES INVISIBLES // WTM 2


01.12.2016

Opening night

 

 

C’est du noir que sort l’écriture.

Par Léa Chauvel-Lévy
Le projet des Invisibles est la rencontre de deux écritures.

 

L’une est photographique, l’autre dessinée. A l’origine de ce lien entre l’image et le dessin ? La volonté d’illustrer certaines photographies de Julien Mignot, prises sur la Croisette, des portraits noir et blanc de personnalités saisies dans leur intimité profonde quoique vêtus. Camille Rousseau leur offre par son coup de crayon, une réponse formelle tissée de sujets figuratifs. Des paysages dans un premier temps. Et puis plus tard, des motifs qui vireront vers l’abstraction.

 

La méthode est itérative, Camille se munit de papier carbone qu’elle place sur son carnet de croquis. Puis elle dessine, à l’aveugle. Sur ce papier noir qui recouvre la surface. Et c’est du noir que jaillit la lumière, de ces traits blancs qui semblent entourer d’un halo bienveillant les visages et les envelopper d’un sens sacré. Un peu à la façon dont les saints byzantins portent au-dessus de leurs têtes des couronnes. Alors le portrait devient icône (en grec image).

 

La série s’étoffe. Elle évolue peu à peu vers l’abstraction, pour laisser émerger l’aura des personnes portraiturées. Et révéler par le dessin leur flux de conscience. Un peu de leur âme. Avec une liberté de représentation du visage perçu comme vaste terrain de projection. C’est bien l’essence d’un portrait, non ? Il est ici double. D’abord le regard du photographe, ensuite ce que la dessinatri- ce y perçoit et y projette. Golshifteh Farahani a l’air de regarder par la fenêtre, la pensée jetée dans le vague. C’est ainsi que Julien l’a saisie. Par le dessin, Camille semble faire intervenir un oiseau au-dessus de son épaule. Fantasme, imagina- tion, le dessin est un prolongement de la photographie vers une terre moins réal- iste. Il est la manifestation de ce qu’un portrait charrie de trouble, d’inconnu, d’immatériel.

 

Après le cinéma, leur nouvelle série prend cette fois-ci pour assise la musique avec 15 portraits inédits parmi lesquels ceux de Murat, Etienne Daho, Patti Smith, Lana del Rey, John Cale, Izia...


Le processus de création est identique, mais enrichi cette-fois d’une nouvelle pratique. C’est à l’écoute de morceaux de ces musiciens que le dessin progresse et court sur la feuille. « Le compositeur, c’est d’abord un calligraphe » disait Igor Stravinsky. Alors, un peu à la manière des calligraphies musicales de Claude Melin, Camille Rousseau laisse son geste réagir au rythme du morceau et com- pose, ainsi, la partition invisible des portraits de Julien Mignot, les dotant d’une parole sourde mais vivante.


 

PARUTIONS :

Elephant      Actuphoto      Fisheye      Le monde      Five5photography      Instagram Le monde      Allevents.in      L'oeil de la photographie                                


Photos


nmd runnner nmd runnner black nmd runnner white nmd runnner grey nmd runnner gs ultra boost ultra boost black ultra boost white ultra boost grey ultra boost gs ultra boost uncaged ultra boost uncaged black ultra boost uncaged white ultra boost uncaged grey ultra boost uncaged gs yeezy boost 350 yeezy boost 350 black yeezy boost 350 white yeezy boost 350 grey yeezy boost 350 gs yeezy boost 350 v2 yeezy boost 350 v2 black yeezy boost 350 v2 white yeezy boost 350 v2 grey yeezy boost 350 v2 gs yeezy boost 750 yeezy boost 750 black yeezy boost 750 white yeezy boost 750 grey yeezy boost 750 gs